Revue de Presse : Les suites de l’agression du lutteur Zoss en exergue

Revue de presse des quotidiens, par APS

La lutte continue de susciter l’intérêt de la presse quotidienne, à travers l’agression de Zoss, un fait divers de fin de saison dont les quotidiens de lundi se sont fait l’écho, à côté d’un certain nombre de sujets se rapportant notamment à la politique.

‘’Zoss pardonne mais la famille garde le suspense jusqu’à mardi’’, titre Lewto, à propos des suites de l’altercation qui a opposé vendredi, dans les locaux de la RTS, le chef de file de l’écurie Door Doorat à Boy Niang, qu’il a récemment terrassé. ‘’Un coup de bâton a été asséné à Zoss au visage, à la sortie d’un face-à-face entre les deux lutteurs’’, avance d’abord le quotidien sportif.

‘’Boy Niang en serait l’auteur (…). Il s’en est suivi un traumatisme de Door Doorat. Après cette agression, des bonnes volontés se sont réunies chez Zoss pour demander pardon. Le +showman+ a pris le parti de passer l’éponge, mais la famille du lutteur garde le suspense jusqu’à mardi, jour d’arrivée de l’oncle de Zoss à Dakar’’, écrit ensuite Lewto.

Le Comité national de gestion (CNG) de la lutte ‘’va sévir’’, annonce Le Populaire selon qui le docteur Alioune Sarr, qui préside aux destinées de cette structure d’exception, n’écarte pas une année blanche’’ sans combat dans l’arène.

A la Une de Walf Sports, il semble confirmer en quelque sorte cette perspective. ‘’Peut-être qu’il faut tout arrêter pendant un an’’, dit M. Sarr, en évoquant le tableau particulier qui oblige cette réflexion du président du CNG. ‘’Des échauffourées, Boy Niang 2 qui assomme Zoss et qui risque une plainte. Le père de Boy Niang 2, Degaulle qui menace le reporter Malick Thiandoum et doit en répondre devant la gendarmerie lui aussi…’’.

‘’Et voilà qu’un week-end particulier pousse le président du CNG à sortir de ses gonds. Trop c’est trop et la remis s’avère indispensable. Malgré la ronde des médiateurs (…) Dr Alioune Sarr pense qu’il faut nettoyer à fond les écuries d’Augias’’ du monde de la lutte, analyse la publication spécialisée.

Mais, d’ores et déjà, la conviction de Garga Mbossé est faite. ‘’Boy Niang doit aller en prison’’, juge, à la Une de La Tribune, le frère de Zoss dont les propos trouvent un écho à travers ceux du CNG, cité par le même journal. ‘’Les fauteurs de troubles seront identifiés et sanctionnés sans état d’âme’’, assure le docteur Alioune Sarr.

Les questions politiques ne sont cependant pas en reste, à l’image de Walfadjri qui indique que la coalition Bokk Gis Gis ‘’pourrait toucher le fond’’, avec le départ annoncé du maire de Ziguinchor Abdoulaye Baldé, qui s’apprêterait à rompre avec elle, pour rejoindre le président Macky Sall. ‘’Une transhumance qui amputerait la coalition Bokk Gis Gis de deux députés sur quatre élus’’, dans la mesure où Baldé partirait avec Khady Diédhiou, souligne le journal.

Ce devrait être une petite consolation pour le chef de l’Etat, dont les relations seraient tendues avec le Premier ministre Abdoul Mbaye, selon Le Quotidien. ‘Les petites misères de Macky Sall’’, titre en effet ce quotidien. A l’origine de cette situation, le journal cite la nomination de Pape Dieng à la Senelec et le micmac, selon le quotidien, autour du King Fahd Palace.

Ailleurs, les choses ne sont pas non plus au mieux chez certains politiques, puisque même après la décision de Moustaopha Cissé Lô de renoncer à briguer le perchoir de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse demeure ‘’hanté par +Sada Ndiaye+’’, du nom d’une initiative parlementaire qui a réduit de cinq à un an la durée du président de l’Assemblée nationale.

‘’Le premier différend entre l’Alliance pour la République (APR) et certains de ses alliés pourrait porter sur la durée du mandant du président de l’Assemblée nationale. Des élus de +Bennoo Bokk Yaakaar+ (BBY) se préparent à porter le mandat à 5 ans alors que le parti de Macky Sall écarte toute idée d’+engraisser+ un futur adversaire’’.

‘’Le ton monde chez les socialistes’’ également, avec l’expiration du mandant du secrétaire général actuel du Parti socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng, rapporte Rewmi quotidien faisant état d’une division des responsables de cette formation, au sujet de la succession de M. Dieng.

De fait, Me Aïssata Tall Sall, un temps présentée comme une candidate à ce poste, déclare à la Une de Sud Quotidien, que ‘’Tanor reste et restera’’ à la tête du Parti socialiste, au moins précise-t-elle jusqu’au prochain congrès du Parti socialiste.

Enquête évoque la situation économique du Sénégal, à travers l’échec relatif du dernier emprunt obligataire du Sénégal et titre : ‘’Pourquoi la crédibilité du Sénégal est en berne’’. ‘’L’échec essuyé par l’Etat du Sénégal dans la cession de bons du Trésor, entre le 4 et le 12 juillet dernier, est la résultante de plusieurs facteurs : impréparation, amateurisme et méfiance vis-à-vis des argentiers du pays’’, estime ce journal.

Pour ajouter aux difficultés du pays, Mademba Sock, le secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de l’électricité (SUTELEC), ‘’prédit le retour des délestages’’, alors que la chaleur s’est grandement installée à travers le pays.

‘’Le Sénégal sera dans les ténèbres dans les prochains mois. Autrement dit, les délestages vont reprendre. Une prédiction d’un homme du sérail, en l’occurrence Mademba Sock. Les autorités sont averties. Si le président Macky Sall ne veut pas voir les imams, les étudiants, les artisans et les femmes enfourcher le cheval de la contestation, il doit nous épargner ces probables délestages’’, écrit ce quotidien.

Pendant ce temps, selon le quotidien sportif Stades, Joseph Koto, l’entraîneur des Lions du football, ‘’nage dans le flou, même après avoir été confirmé à ce poste après un intérim faisant suite à la décision du technicien français Pierre Lechantre de renoncer à entrainer l’équipe nationale.

Pour le reste de l’actualité sportive, Stades rapporte que ‘’le nouveau coach des Lions n’a toujours pas paraphé de contrat. Une situation qu’il partage avec son adjoint Karim Séga Diouf mais également tous les techniciens nommés récemment comme le DTN Mayacine Mar, le coach des locaux Demba Ramata Ndiaye’’.

Sunu Lamb fait le bilan de la saison de lutte 2011-12012 qui vient de se terminer et fait état de 669 combats disputés en 81 journées, pendant que Lewto revient sur l’agression dont Zoss aurait été victime de la part de Boy Niang.

Revue de presse : APS

Publicités