Scandale Sexuel à Ouagou Niayes : La Fille Avait Bien Tendu Un Piège Au Surveillant

Même si les choses se sont un peu tassées, à l’école Asselar, l’affaire du Surveillant général A. Dieng, photographié la tête entre les cuisses d’une élève de 3e, N.KH.M. en l’occurrence, fait encore débat. Dans la cour de récréation, au terrain de foot, dans les salles de classe, le sujet est sur toutes les lèvres. Difficile pour les condisciples de N. KH. M de passer l’éponge, d’avaler cette pilule qui n’honore pas leur établissement. Petite séance de «travail» improvisée entre élèves, les notes sont tout sauf «avantageuses»…

S.D, 15 ANS

«Je lui avais demandé de supprimer les images»

«Tout ce dont je me rappelle, c’est que les faits se sont déroulés un mercredi. N.KH.M m’a trouvée en classe pour me montrer des images. Elle m’a montré un enregistrement dans lequel on entendait deux voix : celle de M. Dieng et la sienne. Elle m’a dit qu’elle y figurait avec le surveillant Dieng qui était en train de lui lécher les seins. N.KH.M disait au surveillant de lâcher ses seins et Dieng lui disait qu’il ne pouvait pas s’en passer…Je lui ai dit que ces images n’étaient pas bonnes à conserver et je lui ai même demandé de les supprimer une bonne fois pour toute. Le vendredi, elle est venue chez moi vers 16H, ensuite, elle m’a dit qu’elle devait passer à l’école, car M. Dieng l’avait convoquée. Elle est partie pour revenir ensuite. Elle m’a montré des photos, cela en présence de ma tante. J’ai regardé la photo pendant 5 minutes sans pour autant savoir ce que c’était. Elle m’a dit qu’il s’agissait de M. Dieng. J’étais sans voix. Je lui ai demandé de les supprimer. Elle m’a opposé un refus catégorique en me disant qu’elle voulait l’utiliser à d’autres fins.

I. BA, 17 ANS

«N.KH a distribué de la boisson aux élèves le jour où les faits ont éclaté»

«Je m’appelle I. Bâ, j’ai 17 ans. Je peux vous dire que le Surveillant général n’a rien à se reprocher, car il est avant tout un homme. Il avait en face de lui une gamine aguicheuse et a agi sous la pulsion. Pourtant, l’école regorge de belles jeunes filles et aucune d’entre elles ne s’est retrouvée en mauvaise posture dans le bureau de M. Dieng. C’est elle-même qui a dévoilé ses parties intimes et qui s’est laissée faire. J’ai été choqué en lisant le témoignage que sa mère a fait sur elle. Celle qu’elle décrit dans ses propos n’a rien à avoir avec la N.KH.M que nous avons connue et côtoyée à Asselar. On a beau détester M. Dieng, car il est très rigoureux, mais en réalité, il n’a fait qu’appliquer le règlement intérieur. Je n’ai jamais entendu parler de ces élèves à qui il aurait fait des avances. N.KH a détruit la vie de M. Dieng qui n’ose plus se montrer et a été renvoyé, tandis que N.KH se la coule douce. D’ailleurs, le jour où les faits ont éclaté, elle n’a eu aucun scrupule à acheter de la boisson qu’elle a distribuée à tous les élèves, parce qu’elle était très fière de sa prouesse.»

M. NDIAYE, 16 ANS

«Elle disait sortir avec un homme marié…»

«Je m’appelle M. Ndiaye, j’ai 16 ans. N. KH et moi, nous étions toujours ensemble. Je peux dire que je la connais par cœur. C’est une personne spéciale. Elle vient à l’école avec d’énormes sommes d’argent dans son sac, à hauteur de 150 000 FCfa. Lorsqu’on lui a demandé où est-ce qu’elle trouvait tout cet argent, elle nous a dit qu’elle avait un petit ami, un homme marié, père de quatre enfants. Une fois, elle a déboutonné sa blouse et a fait exprès de faire d’exhiber ses seins, devant tous les élèves et le professeur. Malgré tous mes sermons, elle n’en faisait qu’à sa tête. Pis, elle me répondait avec désinvolture : «Je suis riche, mon homme a de l’argent, donc je fais ce que je veux.» Un jour, elle a eu le culot de dire à un de nos professeurs qu’elle sortait avec un homme marié, parce que ce dernier n’était pas bien traité chez lui. Ce qui ne me surprend pas du tout, c’est son histoire avec M. Dieng, car elle avait dit et redit qu’elle allait piéger le Surveillant Général, parce qu’elle avait entendu dire qu’il avait abusé de plusieurs autres filles. «C’est moi qui l’arrêterai et je vais bousiller sa vie», disait-elle. Nous lui avons même suggéré de dire que la fille sur la photo, ce n’est pas elle, puisqu’on ne voyait pas son visage, mais elle a refusé.»

Source: l’Observateur et Senego.com

Publicités