Kate Winslet prête à se montrer nue dans ses films

Souvent nue dans ses films, Kate Winslet explique aujourd’hui pourquoi elle le fait. Même si elle trouve que son corps ne répond pas forcément aux canons de beauté, l’actrice britannique l’assume parfaitement et voudrait faire passer un message auprès du public féminin.

Depuis Titanic et la fameuse scène où le personnage de Leonardo DiCaprio dessine un nu de Rose, incarnée par Kate Winslet, on a compris que l’actrice n’a pas froid aux yeux. Elle ne rechigne pas à se montrer dans le plus simple appareil au gré de ses films, The Reader en étant le plus bel exemple.

Contrairement à la plupart de ses collègues hollywoodiennes, même si elle ne le fait pas gratuitement, il faut que le scénario le justifie, comme elle l’explique au Sun. «C’est en partie parce que je pense que c’est nécessaire au personnage et à l’histoire, mais c’est aussi parce que peu de personnes le font en fait».

Faut-il voir derrière cette démarche «artistique» un excès de narcissisme ? Kate se plait-elle tant au point de vouloir le montrer à tout le monde? Non, rien de tout ça. En fait, la Britannique s’assume, tout simplement. A ses yeux, elle est comme toutes les autres femmes.

Elle explique en effet: «Je ressemble aux gens qu’on croise dans la rue. Je n’ai pas des seins parfaits, j’ai de la cellulite, évidemment, j’ai des formes».

Bref, rien de la star modèle à la poitrine siliconée, à la peau tirée de partout, liposucée deux fois par mois, ces caricatures de femmes qui, malgré leurs outrances, réussissent à complexer « madame tout le monde » qui ne se reconnaît pas dans ce que leur renvoient les couvertures de magazines et les affiches de film.

Et c’est justement à destination de ces femmes que Kate Winslet envoie un message en s’affichant nue dans ses longs-métrages, malgré ce corps qu’elle juge imparfait. «Si ça peut stimuler les femmes d’une manière ou d’une autre, c’est super». Voilà, on a tout compris ! Et comme au passage, les hommes n’en perdent pas une miette, tout le monde est content.

Retrouvez cet article sur gala.fr

Publicités