Exclusif! Dyana Seck, mannequin: « On me fait souvent des propositions… »

Dyana Seck, jeune mannequin professionnelle et exemplaire,a bien voulu répondre à nos questions. Dans cette première partie de l’interview, elle nous livre ses analyses sur les maux qui gangrènent le milieu de la mode auquel elle voue une grande passion.

Est-ce qu’on peut savoir ce que vous recherchez dans le milieu de la mode ?

C’est une passion ! donc j’y trouve un certain épanouissement.. ! J’étudiais encore quand la mode est venue à moi et l’appétit est venu en mangeant. Ce qui fait qu’aujourd’hui je suis devenue férue de mode !

Comment la mode est venue vous chercher ?

On m’a d’abord approché pour des concours de beauté, puis les défilés ont suivi et la publicité en dernier lieu ! On m’a convaincu et j’y suis restée !

Est-ce que vous y avez finalement trouvé votre compte ?

Trouver son compte c’est trop dire ! Je pense que le but premier c’est d’être épanouie dans ce que l’on fait. Il n’y a pas de recherche particulière si n’est bien faire son travail.. Le succès vient après, mais au début on le fait par amour du métier !

Il parait que vous avez des compétences dans le domaine de la communication et le sport. Est-ce que cela voudrait dire que vous avez plutôt choisi de vous investir dans la mode ?

Oui c’est effectif ! Mais je m’épanouis de plusieurs façons. ..Quand on est en mesure de combiner plusieurs activités différentes, il faut le faire ! je parviens à m’investir dans plusieurs domaines.. Pour le moment je fonctionne ainsi.

Quelle est votre perception du milieu ?

J’aurai simplement aimé que les salaires soient revus à la hausse et qu’il y ait plus de respect dans l’opinion concernant ce métier. Parfois il y a une mauvaise perception des mannequins et c’est du à certains paramètres socioculturels. Elles sont perçues comme étant des personnes qui ne se respectent pas elles-mêmes à cause de ce qu’elles portent, alors qu’elles rentrent dans un monde très créatif !. Elles portent des vêtements qui délivrent un message ou qui exprime quelque chose de bien précis dans l’esprit du designer. La décence c’est quelque chose d’intérieur à la base. Il y a des gens qui sont très décents à l’extérieur et très indécents à l’intérieur d’eux-mêmes. Donc la décence est une notion discutable et aléatoire.

Alors que proposeriez-vous pour que ce métier soit respecté ?

Vous savez, ce n’est pas évident…ce sont des personnes qui s’imposent des restrictions pour avoir un corps dans les normes et qui doivent être au top à longueur d’année..l ! Je pense que quand on les embauche, il faut leur donner un salaire décent et en accord avec l’énergie et le talent qu’elles pourvoient. Ce sont des personnes qui travaillent dans le glamour, si vous utilisez leur image, je pense que la moindre des choses, c’est de les payer correctement. Personnellement je me dois de préciser que j’ai toujours été payé dans les temps après un show ou une prestation mais il arrive parfois qu’on reçoive des propositions avec à la clé un salaire tellement infiniment petit qu’on se demande si on a bien entendu !

On dit parfois que les mannequins sont des gens peu instruits. Êtes-vous d’accord ?

C’est une question de chance. Tout dépend de la chance que vous avez eue. Si dès le départ vous êtes mis dans des conditions optimales pour étudier, vous le faites, celles qui ont eu cette chance le font ou l’ont fait et celles qui ne l’ont pas eu n’étudient plus. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’elles ne sont pas intelligentes..Au contraire elles développent d’autres formes d’intelligence et elles sont très créatives ! Étudier est quelque chose qu’on ne regrette pas dans tout les cas…Et plus le temps passe, plus çà devient important et déterminant.

Vous avez été invitée dans beaucoup d’émissions de télé. Que pouvez-vous en dire ? 

Quand on est invitée sur un plateau télé, on se sent honorée bien sur et avec le temps on gagne en confiance face à la caméra. Au tout début il peut arriver qu’on soit tendue, on pense à pas mal de choses parce qu’on ne sait pas à quoi s’attendre..C’est une découverte… ! Il y a le réalisateur, l’animateur, le montage, les cameramen, la maquilleuse etc…C’est toute une équipe qui travaille en symbiose et çà se passe bien pour moi la majeure partie du temps ! On y apprend au fil du temps des techniques d’expression et on intègre beaucoup de paramètres..L’audiovisuelle c’est vraiment une autre dimension et c’est passionnant. Aujourd’hui j’ai une autre perception des choses quand je regarde une émission de télé.

Êtes-vous intéressée par la télévision ?

On m’a énormément proposé de faire de la télé. Je reçois une proposition pour faire de la télé très souvent mais je ne suis pas encore prête.

Pourquoi n’êtes-vous pas prête ?

Je ne veux pas me disperser. Je suis déjà dans une lancée qui est celle de la mode et la communication. Pour que je travaille à la télé il me faudrait un concept qui me correspond et dans lequel je pourrai vraiment m’épanouir.

Dans ce cas vous devriez être en mesure de proposer un concept d’émission ?

J’en ai un mais il faut la produire (Rires!). Je peux lancer une émission qui rentre totalement dans mon milieu et mon domaine d’expérience. Mais après il faut des personnes qui y mettent de la volonté et des moyens.

Que pensez-vous des mannequins qui se lancent à la télé ?

Elles ont l’habitude d’être sous les feux de la rampe et après un certain nombre d’années, on finit par vouloir une forme de continuité. Quand vous êtes télégéniques, on vous propose de faire de la télé. Bien évidemment il faut un certain bagage intellectuel, être la bonne personne et dans la bonne émission. Il ne suffit pas seulement d’avoir un joli visage, il faut avoir de la matière pour faire un bon show télévisé toute l’année (rire !). Pour faire de l’audimat, il faut être un bon animateur, il faut avoir des ressources qui vous permettent de captiver les gens et faire en sorte que l’émission soit intéressante. C’est aussi pour cela que je ne m’investis pas dans la télé pour le moment..Je ne veux pas me voir à la télé faisant une émission à laquelle je ne crois pas moi-même. Quand le concept vous interpelle et vous plait, vous êtes convaincant et le téléspectateur le ressent.

Source : Leral

Publicités