Mauritanie : Le procès de Mohamed Lemine Ould Dadde, ex-commisaire aux droits de l’homme, est ouvert depuis mardi

Le procès de Mohamed Lemine Ould Dadde est ouvert depuis Mardi 29 mai devant la Cour criminelle de Nouakchott (Mauritanie). Ex-commissaire aux droits de l’homme, arrêté en septembre 2010, Lemine Ould Dadde est accusé de détournement de fonds publics lors de l’exercice de ses fonctions de 2008 à 2010, pour un montant de 271 millions d’ouguyas soit, 459 millions de francs CFA.

Pour sa première journée consacrée à l’audition, Mohamed L.O.D a répondu aux questions des juges tout en apportant des justifications sur sa gestion du Commissariat aux droits de l’homme. Le débat a été technique, car il s’articulait autour du coût réel d’une construction de puits, d’une tente, d’un mètre de fil barbelé etc.

Accusé de sur-facturation, Mohamed Lemine Ould Dadde est reproché de ne pas toujours avoir fait d’appels d’offres ou d’avoir parfois agi sans l’accord de sa commission interministérielle de tutelle. M.L.O.D a catégoriquement nié tout détournement. Selon lui, son statut de ministre lui permettait de prendre des décisions, notamment dans des situations d’urgence.

Ould Dadde s’est livré à donner des justifications à chaque dépense effectuée. Il a défi le parquet de trouver une quelconque trace de détournement de fonds ou d’enrichissement. Les responsables d’ONG des droits de l’homme, présents dans la salle, ont rappelé au parquet que le délai de détention légal d’Ould Dadde a expiré depuis septembre dernier. Le procès a été renvoyé jusqu’à dimanche 3 juin avec les plaidoiries du parquet et de la défense.

Publicités