La vraie histoire du film de partouze à Grand Yoff

La vidéo partouze des jeunes filles de Grand-Yoff continue de soulever des commentaires dans toute Dakar. De nouvelles versions des faits sont données. Daba Diène, une camarade de ces filles afirme que les gens parlent à tort en disant que c’est un petit ami frustré qui aurait lâché la vidéo sur Internet. Selon elle, le portable d’une de ces filles aurait été prêté et que la vidéo serait oubliée dans un fichier. Ainsi, commence la propagation de la vidéo.

Quant à Anna, actrice principale du film pornographique, elle a appris que la vidéo circulait dans tous les coins, le mercredi 16 mai alors qu’elle se rendait au marché. Selon Aicha Dème, une vendeuse de mangues sur le troittoire : «Elle (Anna) a tiqué quand elle a su que c’était la vidéo que ces hommes se passaient. Elle a aussitôt regimbé et a interpellé les deux hommes pour qu’ils suppriment le film, mais ils se sont mis à la traiter de tous les noms d’oiseaux. C’est là qu’elle a craqué. Elle a pleuré à chaudes larmes et est rentrée sans même finir ses achats.» révèle le quotidien.

Anna a commencé à vivre dans l’enfer depuis ce jour. Copieusement rouée de coups par son grand-frère, elle a été acheminée en Guinée. Les filles lesbiennes ont été excluses de leur établissement de formation en couture. D’ailleurs Anna avait la blouse de cette école, lors des ébats sexuels. La vidéo à fait le buzz à Dakar surtout sur la toile d’internet. Le Quotidien nous apprend que la famille d’Anna est dans une grande tourmente aussi bien que les familles des autres filles identifiées sur la vidéo partouze de 15 minutes. Aujourd’hui, la vente du CD de film pornographique offre un grand bénéfice aux vendeurs de cassettes en catimini.

Publicités